Dans un peu plus d'un mois nous parviendrons à cette date fatidique du 25 juin 2009. Fatidique dis-je ? Oui, car celle-ci sonnera la 1095 ème journée d'internement-otage de Guilad Shalit, la troisième année de sa disparition des yeux de tous.

Une énième réunion du Comité Israélien pour le retour de Guilad Shalit a eu lieu afin de décider de nouvelles actions à concrétiser alors que l'horloge des jours et des mois tournent inlassablement et que personne ne sait ce qu'il en est de son devenir/silence des autres...

La conjoncture internationale actuelle n'a de cesse de rappeler les "crimes de guerre" israéliens commis à Gaza, décidant ainsi de poursuivre l'enquête diligentée par le Conseil des Droits de l'Homme de l'O.N.U. Elle ne peut s'empêcher de prôner la politique du "deux états" ne tenant bien évidemment aucun compte du terrorisme anti-israélien, lui bien réel. Elle n'a de cesse de promouvoir une politique d'ouverture Occident - Moyen-Orient  qui ( comme nous en sommes tous persuadés), permettra de mettre en place une situation de confiance, de paix mondiale/espoir...

La conjoncture mondiale  a donné le feu vert aux nombreuses manifestations anti-israéliennes ( pour ne pas dire anti-juives) qui se sont concrétisées sur l'entière surface du globe. Celle-ci a permis de créer "les conditions idéales" pour des horreurs telles que celles commises par la bande de Fofana, pour la création d'une liste anti-sionisme au Parlement Européen...

Oui, tous ces exemples anti-israéliens (ou peut-être tout bonnement pas réellement pro-israéliens...), anti-juifs ou purement antisémites démontrent à mes yeux une conjoncture où l'être humain en tant que tel a perdu toute identité.

Aussi j'aime à espérer que l'international saura ne pas attendre cette date fatidique du 25 juin pour : venant des Etats Unis, assujettir une poursuite des pressions sur Israël vers une solution régionale à la libération immédiate de Guilad Shalit. Pour l'O.N.U, d'aller vérifier de plus près ce qu'il en est de droits de l'homme du côté du Hamas, du Hezbollah, de l'état iranien et d'exiger la mise en liberté de Guilad Shalit sine-die en échange d'une non-plainte devant l'O.N.U pour ces agissements que tout le monde connait. Pour les états européens, de se poser sincèrement des questions quant à l'inactivisme face au retour en force de l'antisémitisme , de l'anti-sionisme, de l'anti-israélisme et d'ainsi lancer un ordre formel de délivrance sur le champ du citoyen franco-israélien Guilad Shalit.

Comme je l'écrivais dans le titre de cet article : " il n'y a pas d'espoir dans le silence des autres"; alors ne serait-il pas temps aux instances internationales et après presque trois années de nous rendre l'espoir qu'elles pourraient/ devraient nous apporter ???