L'état d'Israël s'est trouvé confronté à plusieurs reprises durant ne serait-ce que ces trente dernières années à ces échanges semblant totalement disproportionnés de un contre des centaines, des milliers.

Ainsi on ne compte pas moins de 7000 mille prisonniers palestiniens libérés ces trente dernières années pour voir le retour ( en vie ou pas) de quelques 27 citoyens israéliens...

Qui se souvient encore aujourd'hui de cet échange effectué en 1985 du nom de Jibril et par lequel 1150 palestiniens furent libérés contre 3 soldats israéliens ?

Avons-nous encore en mémoire cette année 2000 qui vit le retour d'un civil et de trois dépouillles de soldats israéliens détenus par le Hezbollah contre 35 prisonniers libanais, 400 palestiniens, 59 dépouilles..?

L'histoire semble se répéter inlassablement et il n'y a que l'appelation des groupes terroristes qui change auprès des vagues d'espoir, des discussions âpres quant aux bien-fondés ou pas des échanges, des peurs que ceux-ci entrainent...

La dernière déclaration en date est celle de l'ex Commandant en chef des ressoures humaines de l'armée israéliennes, le général Eléazar Stern, qui a déclaré dernièrement être contre l'échange prévu en vue de la libération de Guilad Shalit et qu'ainsi à ses yeux : "si Israël déclarait Shalit disparu au même titre que Ron Arad, et si la plupart des responsables Israéliens restaient fermes, le Hamas réviserait ses exigences à la baisse".

Peut-on, désire-t-on en Israël jouer au poker avec des organisations terroristes pour qui la vie d'un israélien, d'un juif vaut peut-être même moins que la vie de leurs propres animaux domestiques ?

Au contraire, devons-nous adopter les paroles que feu Ytshak Rabin prononçait quant à la problématique de l'échange : " quand plus d'option militaire n'existe, il n'y a aucun choix si ce n'est la négociation, quitte à en payer le prix" ( when no military option exists, there is no choice but to enter negociations and pay the price) ?

Les divers échanges dans le passé ont-ils pour autant provoqué par la suite des vagues inattendues de terreur anti-israélienne ou anti-juive ?

La disproportion des échanges bien évidemment perçue par les terroristes comme une victoire du terrorisme anti israélien ne démontre-t-elle pas bien au contraire la force de l'humanisme israélien pour qui un être humain est avant tout une antité vivante qu'il faut savoir respecter, aider, libérer ..?

Et même si le Hamas, le Hezbollah, les groupes et groupuscules extrémistes et terroristes savent prendre, détenir, torturer, tuer... des otages pour mieux se définir comme " mouvements de libération...", la force, elle, sera toujours du côté de ceux qui connaissent et apprécient la valeur humaine et certes pas celle du martyr !!