Loin de moi l'idée de "l'alarmisme aigü" mais malgré tout et si l'on se réfère quelque peu aux diverses déclarations de certains dirigeants occidentaux, aux décisions ou désirs de décisions de ceux-ci vers des états tels que la Turquie, que la Syrie, que l'Iran et le Liban, et ce ces derniers mois, comment ne pas se persuader qu'il y ait erreur dans les démarches et qu'un terrain apte à de nouveaux affrontements généralisés au Moyen-Orient  ne soit en train de se mettre bel et bien sur pied ?

Que dire ainsi d'un état tel que la Turquie considérée comme relativement progressiste et ouverte vers l'occident alors que celle-ci s'est tout d'abord ( en avril 2009) opposée à la nomination du 1er ministre danois, M. Rasmussen, au poste de secrétaire général de l'Otan pour cause de soutien de celui-ci au journal danois qui avait publié les caricatures de Mahomet quatre ans auparavant ?..de-même que pour son refus de fermer la chaîne de télévision danoise Roj TV considérée par le gouvernement turc comme partisanne du Parti des travailleurs du Kurdistan ?

Que dire des dirgeants turcs qui ne cessent d'avancer puis de reculer face aux relations avec Israël, qui se mettent en avant afin de servir d'intermédiaires entre Israël et la Syrie tout en facilitant auprès des médias turcs une approche anti-israélienne des plus virulente ?

Une telle politique nous montre-t-elle des signes de crédibilité internationale, et l'opposition française comme allemande à son adhésion à l'U.E prend-elle le dessus sur les déclarations de Barak Obama considérant "que l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne constituerait un signal important envoyé à ce pays musulman" ?( début avril 2009).

Y aurait-il erreur d'appréciation ??

Comment appréhender le renouveau des relations franco-syriennes depuis la venue de Assad à Paris en 2008, puis deux voyages du Président Sarkozy en Syrie ( septembre 2008 et janvier 2009) alors qu'il était demandé au Président Assad de faire pression sur son allié du Hamas pour un retour de la paix dans la Bande de Gaza et en Israël ?

Y aurait-il  non compréhension sur les alliances de la Syie de Assad avec les terroristes du Hamas à Gaza comme du Hezbollah au Liban ???

Quelle réaction avoir lorsque ce même Assad considère que la Syrie et les Etats Unis doivent s'unir afin d'élaborer un plan de paix ( certainement axé sur un arrêt total des aides syriennes aux mouvements terroristes !!...) au Proche Orient et déclare ainsi : " nous n'en sommes pas encore au regain de confiance entre la Syrie et les Etats Unis "..?

Comment l'Occident peut-il à ce point se méprendre des intentions syriennes ??

En janvier 2009, Hillary Clinton s'exprimait devant la Commission des Affaires Etrangères du Sénat américain en réitérant la position des U.S quant au Hamas excluant : "catégoriquement toute négociation avec le Hamas tant qu'il n'aura pas renoncé, reconnu Israël et accepté les accords passés"; mais dans ces mêmes débats elle annonçait qu'il n'y aurait pas de changements brutaux de la politique américaine au Moyen-Orient si ce n'est l'ouverture annoncée d'un dialogue avec Téhéran...

Ça aurait tout d'une blague si l'on omettait le fait que le Hamas soit largement armé par le gouvernement iranien, qui lui-même d'ailleurs n'est aucunement en reste pour ce qui est des pirouettes face aux Etats Unis comme à l'Occident !

Au Liban avec son gouvernement d'union nationale comprenant entre autre des représentants du Hezbollah...le gouvernement libanais sait naviguer au mieux alors qu'en Israël des questionnements se posent quant à une reprise prochaine des attaques anti-israéliennes avec entre autre le ministre de la Défense libanais, Elias Murr, qui va s'envoler pour les U.S.A la semaine prochaine...

Et ce, afin de discuter de coopération militaire, de l'aide aux Forces Armées libanaises avec des discussions organisées auprès du secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, avec Hillary Clinton...

Pourquoi ne pas directement fournir des armes et entrainer le Hezbollah qui saura en temps voulu ( de gré ou de force) joindre les forces de l'Armée libanaise aux siennes comme nous avons déjà pu le voir par le passé ?

De l'incompréhensible nous pouvons ainsi avancer vers l'incroyable..!

Alors qu'Ahmadinejad vient de prononcer un discours ( le 30 janvier) dans lequel il n'hésite nullement à déclarer : " nous sommes les témoins de la fin du régime matérialiste et autoritaire. Les puissances mondiales ne peuvent prendre aucune décision et sont incapables d'analyser la situation correctement", le Sénat américain discutait des sanctions à concrétiser contre l'Iran en ces termes :

" Le régime iranien est engagé dans de graves violations des droits de l'homme contre ses propres citoyens, finance des activités terroristes au Proche Orient, poursuit de manière illicite ses activités nucléaires..." ( le sénateur démocrate Chris Dodd)...

Et quoi ? Où en est l'ouverture vers ce grand peuple iranien recherchée par les Etats Unis ? Qu'en est-il du dialogue ? Y aurait-il eu une éclaircie soudaine permettant tout à coup de comprendre ce qu'il en est de cet état terroriste d'Iran ?

Et j'ai, je crois, gardé la cerise sur le gâteau pour la fin de cet article avec cette information nous provenant d'Egypte : état luttant contre un extrémisme musulman interne, considéré comme ami de l'occident, aidé par celui-ci, ayant signé depuis quelques années déjà un traité de paix avec Israël, avec cette nouvelle :

Le syndicat des journalistes égyptiens, dont les règlements interdisent toute démarche de normalisation avec Israël..., a donné un avertissement à la rédactrice en chef du magazine Al-Demoqratiya, Hala Mustafa, pour avoir invité à son bureau l'ambassadeur israélien Shalom Cohen...

Alors, pays ami ou pas ? Ouvert vers l'occident ? Recherchant son influence ??

Alors qu'une situation incertaine semble se mettre sur pied face au Hezbollah aux stocks d'armements plus que pleins, avec son frère du Hamas dans une situation identique, avec de nouvelles déclarations syriennes plus menaçantes que chercheuses de paix, avec une tentative d'attentat contre des diplomates israéliens en Jordanie, avec l'interdiction pour une journaliste égyptienne de rencontrer un officiel israélien, avec l'Iran que l'on connait, avec les diverses approches et actions occidentales quant à la région et en-dehors des purs intérêts économiques ou\et stratégiques, ne pourrait-on pas se poser la question de la logique ou plutôt de l'illogisme des recherches de relations mondiales avec les états cités ci-dessus et alors que le tonneau semble tout prêt à exploser ( comme ceux découverts ces jours derniers sur les plages israéliennes) ??

Oui, et si l'Occident avait tout faux !!