M. le Président des Etats Unis,

Moi qui ne suis qu'un citoyen israélien lambda mais qui ai parfaitement entendu votre message exprimé ce 22 mai devant l'AIPAC quant à l'amitié inaltérable qui unit les Etats Unis à Israël, j'avais à coeur de vous exprimer directement ce qu'un ami israélien a retenu quant à vos déclarations de ces dernières années...

Je commencerai donc cette courte missive par des applaudissements quant à votre rappel devant cette même assemblée de l'AIPAC du devenir de Gilad Shalit qui, comme vous le savez, est détenu aux mains du Hamas, otage d'une organisation terroriste...tout comme les victimes du 11 septembre ont pu l'être face à Al-Qaïda...

Mais, et d'après vos propres paroles de ce jour, le Hamas serait-il une organisation terroriste alors que vous appelez ce mouvement à "reconnaître le droit d'Israël à exister, à rejeter la violence et à adhérer à tous les accords existants" ? En tant que votre ami israélien, pensez-vous sincèrement que ce mouvement terroriste va cesser toute politique et actions de terreur suite à votre appel ?

N'avez-vous pas à l'époque de votre venue au Caire (juin 2009) fait connaitre que: "voilà maintenant plus de sept ans, forts d'un large appui de la communauté internationale que les Etats Unis ont donné la chasse à Al-Qaïda et aux talibans" ? Y auraient-ils des mouvements terroristes islamistes à pourchasser et d'autres à caresser ? Le sang d'innocents (hommes, femmes, enfants) versé ici ou là "par la grâce" des actions de ces mouvements terroristes est-il différent en fonction du lieu où ces actes sont accomplis ? En toute amitié israélienne, devrais-je vous rappeler ici vos dires à l'Université du Caire (juin 2009):" quand des extrémistes violents sévissent dans une certaine région de montagnes, les populations situées par-delà l'océan sont mises en danger" ?

D'ailleurs et pour clore ces quelques lignes quant au devenir de Gilad Shalit, et comme une réaction évidente à votre discours d'hier, le Hamas vient de mettre en garde la population gazaouite de ne pas transmetttre d'information sur Gilad Shalit...

Mon ami, M. le Président des Etats Unis, serait-ce possible que votre désir d'un état palestinien indépendant ne remontât déjà à l'année 2004, alors que vous vous exprimiez ainsi face à Ali Abounimah, cofondateur de "The Electronic Intafada": "Désolé, je n'ai pas encore beaucoup parlé des droits palestiniens, mais nous sommes dans une rude course aux primaires. J'espère que quand les choses se calmeront je pourrai être plus franc" ?..

Serait-ce de même compréhensible que devant ce même forum de l'AIPAC, et alors que vous n'étiez que sénateur de l'Illinois, vous auriez déclaré le 4 juin 2008 : " Jérusalem unifié et capitale indivisible de l'état juif" et qu'aujourd'hui le message semblât quelque peu différent ?..

Mon ami, M. le Président des Etats Unis, j'ai encore en mémoire ces paroles prononcées ce 4 juin 2008: "je ne ferai jamais le moindre compromis dès lors qu'il s'agira de la sécurité d'Israël" et que j'avais alors comprises comme: il est évident que le territoire israélien étant minuscule, il va de soi que je n'accepterai pas que l'on retirât des terres de celui-ci. Que j'avais interprétées ainsi: moi, le Président des U.S.A, ami de l'état d'Israël, j'ai été témoin à plusieurs reprises des propositions territoriales israéliennes afin de parvenir à une paix avec les instances palestiniennes, j'ai vu celles-ci repoussées, rejetées, niées...

Moi, le Président des Etats Unis, j'ai vu comment l'état d'Israël s'est retiré des terres libanaises sans bénéficier pour autant d'un traité de paix avec ce pays, mais tout à l'opposé l'installation de facto d'une main-mise terroriste politique aux mains du Hezbollah; j'ai suivi la sortie israélienne de Gaza qui a permis au gouvernement terroriste du Hamas de s'y installer, et je reviens donc ici sur mes dires de ce 22 mai: " même si nous pouvons être parfois en désaccord, comme des amis peuvent l'être, l'engagement des Etats Unis envers la sécurité d'Israël est inébranlable".

Mon ami, le Président des Etats Unis, je ne désire pas moins que vous-même un état de paix régionale. Je vis ici en Israël depuis de trop longues années au rythme des guerres, des attentats, des missiles et obus, des explosions... au rythme de mes enfants qui se retrouvent l'un après l'autre à devoir défendre une patrie en état de guerre permanente...et je suis fatigué...

Aussi je fais appel à vous, mon ami le Président des U.S.A, afin de faire passer un message international clair ( et des plus évidents...): Israël a tout droit d'exister dans des frontières claires et précises tenant compte de l'histoire du peuple juif, de ses racines, de son développement. Quiconque mettra en cause la territorialité d'Israël sera considéré comme ennemi de l'Occident et sera traité comme tel. Quiconque usera d'actes terroristes se retrouvera pourchassé par l'International tel que l'a été Ben Laden et son mouvement Al-Qaïda, tels que les talibans. Par contre, quiconque reconnaitra le bon droit d'existence de l'état d'Israël sur son territoire actuel saura trouver une oreille attentive afin de résoudre ensemble une cohabitation régionale...

Mon ami, M. le Président, je ne suis qu'un citoyen lambda israélien qui ne désire aucun autre territoire, aucun peuple ennemi, aucun conflit permanent mais bien une seule chose: la paix. Sauriez-vous persuader les rejeteurs de traités, les nieurs de notre droit d'exister, les preneurs d'otages, les activistes terroristes, les spécialistes de la taqya... du bien-fondé de mes désirs et rêves qui sont d'ailleurs peut-être identiques auprès d'une population arabe ?

J'ose espérer qu'en ami sincère vous saurez prendre le taureau par les cornes pour que votre ami israélien puisse répondre de votre sincérité quant à ces lendemains de bonheur que vous avez les moyens de nous aider à bâtir. 

Marc Lev (auteur de "Après-demain ?" - Edilivre)...oui, qu'y aura-t-il après-demain ??

Sources: aloufok.net, america.gov, europe-israel.org,