S'il est évident que tout un chacun ne peut que condamner des actes terroristes tels ceux vécus par la Norvège, si nous ne pouvons qu'envoyer nos propres condoléances aux familles, proches, amis endeuillées, nous nous devons de nous poser cette question: et si ce scénario s'était mis en place ces dernières années autour des décisions anti-israéliennes, autour des condamnations évidentes d'Israël, autour d'une effervescence quasi perpétuelle d'une politique ouvertement pro-palestinienne ?

Loin de moi l'idée de défendre un terroriste, qu'il soit grand, blond, aux yeux bleus ou pas. Pas plus que de m'intéresser à son passé de membre ou pas de l'extrême droite norvégienne, de chrétien ou de franc-maçon, de "chevalier des templiers"...Un terroriste reste un terroriste et nous qui demeurons en Israël pouvons témoigner ( bien malheureusement) à loisir de cette engeance qui ne se pose aucune question si ce n'est dans son désir de tuer un maximum "d'ennemis"...

Mais la chose n'avait-elle pas un certain côté d'irrémédiable, de prévisible, de presque logique lorsqu'on l'on se penche d'un peu plus près sur la politique globale norvégienne quant à l'état d'Israël ?

Ainsi, suite à l'opération israélienne "plomb durci" en 2009, des manifestations se sont tenues dans au moins 28 villes norvégiennes! :Oslo, Stavanger, Sandnes, Fredrikstad, Trondheim, Hamar, Sortland, Namsos, Arendal, Norheimsund, Mosjøen, Bergen, Sarpsborg, Tønsberg, Harstad, Tromsø, Kristiansand, Notodden, Vadsø, Mo i Rana, Alta, Kirkenes, Røros, Volda, Halden, Gjøvik, Lillehammer, Selbu. 

Le nombre de manifestants na jamais été aussi élevé ! 

Ainsi, tous les trains de Norvège et tous les trams et métros d'Oslo se sont arrêtés en début janvier 2009, 2 minutes suite à un appel à la grève politique du Syndicat des Cheminots Norvégiens, et du Syndicat des Travailleurs du Tram d'Oslo, en vue de protester contre l'invasion israélienne de Gaza. 
 
Un large spectre d'organisations et syndicats norvégiens ont lancé alors une nouvelle campagne pour l'abandon de tous les investissements norvégiens en Israël. 
 
L' Union des Travailleurs et Employés du Commerce a appelé chacun de ses membres à faire demande auprès de son employeur afin que ce dernier retire les produits israéliens de son magasin. Ce syndicat est de très loin le plus important de Norvège dans son secteur d activité. 
La Confédération des Syndicats Norvégiens, qui regroupe en son sein un cinquième de la population norvégienne, condamnait les bombardements israéliens et l'invasion de Gaza, et appellait aux manifestations. 
 
Même l'église norvégienne a alors protesté contre "l' invasion de Gaza" par Israël ce qui, selon les médias, lui a attiré les foudres de l'ambassadeur israélien. 

22 000 signataires ont alors, sur Facebook, réclamé l expulsion de Norvège dudit ambassadeur...

Ainsi, en novembre 2010, le ministère des affaires étrangères israélien à Jérusalem a alors été informé que la municipalité de Trondheim, en Norvège, finançait un voyage à New York pour que des étudiants puissent participer à la pièce "Monologues de Gaza ". Les Norvégiens ont également aidé à distribuer un film documentaire appelé "Larmes de Gaza" dans les festivals de cinéma du monde entier.

L’ambassade d’Israël en Norvège a alors vivement protesté contre la participation du gouvernement norvégien à ce genre de manifestations. "La politique norvégienne officielle parle de compréhension et de réconciliation", ont dit dimanche les représentants israéliens, "mais depuis la guerre de Gaza, la Norvège est devenue une superpuissance en termes d’exportation multimédia visant à délégitimer Israël et il utilise l’argent du contribuable norvégien pour créer et diffuser ces multimédias"...

Ainsi si l'on note que 33% des étudiants juifs de la ville d'Oslo sont physiquement menacés ou agressés par leurs camarades au moins deux ou trois fois par mois ( en date du mois de juillet 2011), si l'on se souvient de l'obligation de déménager pour l'ambassade d'Israël à Oslo (janvier 2010) pour cause de "menace pour la sécurité des riverains",  si l'on se réfère aux récentes déclarations du ministre norvégien des Affaires étrangères qui a estimé ce lundi que la candidature de la Palestine aux Nations unies était « tout à fait légitime », la trame vers le drame que l'on sait n'était-elle pas toute tracée ?

Il parait plus qu'évident qu'une ligne politique envers un pays spécifique axée depuis quelques années déjà sur le dénigrement, la non-acceptation, l'accusation...aura au final une incidence sur les populations; entre celles qui acquiesceront et celles qui s'y opposeront, d'où cet Anders Behring Breivik, terroriste parmi d'autres pour qui la chose devenait apparemment inacceptable.

Dans cette atmosphère, l'attentat (avec toute son horreur et son illogisme) n'était-il pas prévisible ? Alors que le gouvernement norvégien reconnait ces jours-ci la légitimité d'un état palestinien il serait peut-être censé de rappeler que les dirigeants actuels palestiniens sont: d'une part des membres du Fatah ou plutôt de l'Organisation de Libération de la Palestine...( comprenne qui voudra), et d'autre part des dirigeants du Hamas encore ce jour considéré par l'international comme "organisation terroriste"...

 Le terrorisme ne parait au final peut-être pas correspondre aux aspirations d'un peuple désirant vivre en paix... mais le gouvernement norvégien en sera-t-il désormais conscient à l'ombre du drame terroriste qui l'a frappé, et ce, jusqu'à se détourner des politiques suivies jusqu'à présent concernant la légitimité d'Israël et de sa politique?

Marc Lev (auteur de "Après-demain ?" et de "Et si..?" - Edilivre )                                                 http://www.edilivre.com/si-marc-lev.html

Sources: philosemitismblog, terrepromise.net,yabiladi.com, protection-palestine.org, Isranews, Jss-overblog.