Loin des manifestations sociales israéliennes telles que celles de cette soirée ayant réuni plusieurs dizaines de milliers d'israéliens mécontents d'une politique ressentie comme par trop injuste, une question  ne préoccupe pas moins bon nombre de ces manifestants: que sera-t-il de ce mois de septembre ? A quoi ressemblera-t-il ? Que deviendra la région d'Israël et de ses voisins arabes ?

Certes et alors que Netanyahou vient encore d'en appeler Mahmoud Abbas à des discussions directes à Jérusalem comme à Ramallah, voilà de quoi apporter matière à réflexions, à supputations, à analyses, et ce lendemain déjà bien proche aura-t-il tout d'un visage régional nouveau ou restera-t-il dans ces situations qui perdurent, changent sans le faire réellement, continuent ce qui a déjà été ?

Prenons le Liban qui se trouve de-facto entièrement aux mains de l'extrémisme Hezbollah + Iran, aura-t-il d'ici là entrainé Israël dans une nouvelle guerre histoire de vider les stocks d'armes par trop pleins ? Jouera-t-il à fond la carte de la provocation autour des gisements de gaz et de pétrole de la Méditerrannée, qui bien évidemment ne peuvent qu'être partie intégrante de la frontière maritime libanaise ?..Profitera-t-il d'une déclaration d'un état palestinien internationalement reconnu ou pas, accepté ou pas, comme membre à part entière ou pas..pour lancer de concert avec les palestiniens une attaque généralisée sur Israël ?

Les gouvernants syriens pour leur part auront-ils massacré d'ici là une partie "suffisante" de la population syrienne pour parvenir à étouffer dans le sang et définitivement cette révolte intestine ? A moins que ce gouvernement ne tomba et que l'on ne se retrouve dans une situation identique à l'Egypte: une démocratie sans démocratie...Assad en ce mois de septembre et si l'on se place dans une situation quasi identique à celle d'aujourd'hui, sera-t-il prêt à joindre ses forces militaires (aidé en cela par la voisine iranienne...) à celles du Liban, des palestiniens afin d'attaquer Israël sur le front du Nord-Est ? Ne serait-ce pas la solution miraculeuse et idéale afin d'en appeler au peuple syrien vers un ennemi d'autant plus inacceptable et à massacrer à tout prix, afin de lui jurer que le Golan sera à nouveau syrien sous peu ?

Du côté jordanien, le mois de septembre sera-t-il plus empreint de paix et de concrétisation de sérénité alors que les palestiniens ( largement majoritaires en Jordanie) seraient à même de rejoindre leurs "frères" libanais ( mais n'ayant jamais obtenu la nationalité libanaise...), syriens ( n'ayant pas plus de pièces d'identité de cet état...), arabes de Judée-Samarie, arabes israéliens, palestiniens de Gaza dans une confrontation armée du front Est contre Israël ?

Quant aux "frères" égyptiens qui ne semblent définitivement pas prêts à voir une démocratie s'installer sur leur sol, qui se déplaceraient lentement mais sûrement vers une direction anti-israélienne d'évidence, vers des désirs de ne plus fournir de pétrole, de ne plus reconnaître les traités de paix signés...coupure nette des relations anciennes avec Israël, où se positionneraient-ils demain, en ce mois de septembre si l'appel des "frères palestiniens" se faisait entendre ?

A moins que l'on ne rallie le point de vue de Hamed Abd el Samad ( chercheur et professeur d'université d'origine égyptienne) tel qu'il le décrit dans son livre : "la chute du monde islamique" où celui-ci laisse entendre qu'il y a un effondrement du monde musulman qui est en cours: incapacité du monde musulman de suivre une direction de modernité, montée des forces islamistes...qui va entrainer une immigration massive vers l'Occident...

Ce mois de septembre verra-t-il la reconnaissance internationale d'un nouvel état sans état comme certains semblent l'espérer et le souhaiter ?

Oui, loin des manifestations actuelles de la population israélienne aussi justes soient-elles, la face régionale peut changer définitivement d'ici un petit mois et force nous est de ne pas oublier la chose!

Mais ce changement serait-il ce que le monde occidental recherche, ce dont il a besoin en termes d'intérêts ? La concrétisation d'un nouveau conflit moyen-oriental apporterait-il des solutions à l'U.E, à l'ONU, à l'International ?

Septembre approche à grands pas ( apparemment la décision de Abbas serait datée au 20 septembre) et il est encore temps de pouvoir stopper une décision unilatérale qui n'apportera au final que conflits et guerres en lieu d'un état recherché.

J'ose espérer ne pas être le seul à ressentir ainsi ce futur proche, trop proche...

Marc Lev - L'auteur de "Et si..?", de "Après-demain ?" aux eds Edilivre : http://www.edilivre.com/si-marc-lev.html ces romans qu'il vous faut absolument découvrir (si ce n'est déjà fait ) avec leur personnage principal atypique: Cram Wile

 

Sources: Der Spiegel