D'après l'historien britannique Anthony Beevor qui va publier prochainement un livre monument sur la Seconde Guerre mondiale (chez Calmann-Lévy), dans lequel il décrit la montée des nationalismes dans l'Europe des années 30, il n'y a pas de quoi s'en faire; tout va presque pour le mieux dans le meilleur des mondes...

D'ailleurs Beevor même s'il perçoit (malgré tout) certains traits communs entre l'avant dernière guerre mondiale et aujourd'hui, n'en reste pas persuadé pour autant qu'il faille faire une quelconque comparaison; concluant même qu'heureusement il y a une différence majeure entre les deux situations et qu'il n'existe pas aujourd'hui d'idéologie, comme le nazisme ou le communisme, susceptible de mobiliser les masses et d'anesthésier les esprits, comme ce fut le cas à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

 

De premier abord en lisant ces quelques lignes j'ai quelque part l'impression de vivre sur une autre planète...A moins que je ne comprenne absolument rien à ce qui me semble se mettre indubitablement en place dans toute l'Europe (et même ailleurs...), à une idéologie qui ne cesse de prendre de l'ampleur, de sensibiliser certaines masses,d'anesthésier les esprits et qui a pour nom anti-israélisme, antisionisme, antisémitisme, appels aux boycotts, actes de vandalisme contre des institutions juives, manifestations avec appels au meurtre des juifs, agressions anti-juives...

 

A moins que la fuite de tous les juifs de Norvège n'ait rien eu d'une peur de ce qui s'est mis en place ces dernières années dans ce qui fut une terre d'accueil, à moins que la situation en Suède et à Malmo ne soit que directement sortie de mon imagination, à moins que l'invitation d'un jeune ancien otage israélien des mains des terroristes du Hamas à un match à Barcelone et des manifestations oh combien médiatisée contre cette décision ne soient pas des situations d'idéologie de haine susceptible de mobiliser les masses...

 

Pour info. voilà le lien d'une carte qui me semble parler d'elle-même...

 

http://antisemitism.org.il/eventsmap/fr/2011

 

Souvenons-nous ici qu'en avril 1933 le boycott nazi des commerces juifs a marqué de facto le début de la marginalisation des juifs d’Allemagne...Depuis combien d'années les BDS et autres appels au boycott des produits israéliens se sont-ils mis en place? Combien d'actes antisémites se sont produits contre des boutiques casher, des synagogues, des centres juifs... ces dernières années, sans même parler des actes d'agression directe?

 

Souvenons-nous que le boycott annoncé par les nazis fut très rapidement suivi par une loi qui officialisait l’aryanisme et rejetait à tout juif le droit d'officier dans des positions dans la fonction publique. Souvenons-nous du numerus clausus imposé aux écoliers juifs...

 

Souvenons-nous de-même des artistes, des journalistes...qui furent alors bannis des lieux de culture...N'y a-t-il pas quelque part une certaine similitude de situation alors que pour exemple: parler de la Shoah devient actuellement une réelle gageure dans certaines écoles publiques..? Alors que montrer dans les médias un état d'Israël autre qu'un état assassin, d'appartheid, affameur de palestiniens est chose dorénavant totalement utopique ?

 

Je me souviens d'un essai publié par Alain Finkielkraut déjà en 2003 et qu'il avait intitulé: "Au Nom de l’Autre" avec ce sous-titre: "Réflexions sur l’Antisémitisme qui vient" où entre autre il écrivait:

 

"Il faut du courage pour porter une kippa dans ces lieux qu’on appelle cités sensibles et dans le métro parisien ; le sionisme est criminalisé par toujours plus d’intellectuels, l’enseignement de la Shoah se révèle impossible à l’instant même où il devient obligatoire, la découverte de l’Antiquité livre les Hébreux au chahut des enfants, Les juifs ont le cœur lourd et, pour la première fois depuis la guerre, ils ont peur."

 

C'était en 2003, il y a neuf ans de cela...un essai qui décrivait une situation sur la France et non sur l'Europe... et depuis il m'est plus qu'impossible de croire à une situation qui se serait améliorée: bien le contraire ! A un mouvement de haine de masse qui se serait avorté seul, à un momentum où les traits communs de l'avant dernière guerre mondiale et d'aujourd'hui serait pur fruit d'une paranoia bien personnelle...

 

Anthony Beevor considère donc qu'il y a une différence majeure entre les deux situations et qu'il n'existe pas aujourd'hui d'idéologie, comme le nazisme ou le communisme, susceptible de mobiliser les masses et d'anesthésier les esprits, comme ce fut le cas à la veille de la Seconde Guerre mondiale. J'aimerais être tout aussi affirmatif...

 

Marc Lev

Auteur de "Et si..?" (où le terrorisme islamiste de masse et l'extrémisme se retrouvent sur le sol français...) et  "Après-demain ?" (où les pieds de nez anti-occidentaux iraniens semblent avoir été devinés...), (eds Edilivre): romans qui vous entraineront dans cette actualité de ce que l'on nomme "les changements"...

Où se les procurer: dans les librairies, chez l'éditeur, sur le site Jss News, en ligne : fnac.com,amazon.fr, chapitre.com...):

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/lev-marc/apres-demain,35198571.aspx

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/marc-lev/et-si-occident-la-menace-iranienne,42297469.aspx

Sources: SPCJ - Europe-israel.org - Lepoint.fr - antisemitism.org