Je le dis et le répète une énième fois ici: je désire la paix, je la veux, je la rêve, l'utopise comme tant d'autres israéliens qui vivent depuis trop d'années à l'ombre du terrorisme, des attaques-surprises, des obus et missiles, de ce journalier toujours incertain...

Je suis de près, et ce depuis des dizaines d'années, les tentatives de rapprochement, les pourparlers (directs ou pas), les accords signés, les discussions et re-discussions, et je n'ai cette fois-ci pas plus l'impression de voir demain se profiler dans nos horizons israéliens l'ombre gigantesque d'une colombe blanche que durant les reconnaissances passées signées, approuvées et acceptées.

Pour prendre déjà la base du "pushing" américain actuel vers une reprise des négociations, nous pouvons sincèrement et concrètement nous demander si l'adresse est la bonne...

Effectivement; prendre Abou Mazen (Mahmoud Abbas) comme interlocuteur vers un traité en tant que président du peuple palestinien est tout bonnement faire fi des élections palestiniennes par lesquelles celui-ci n'est plus (et depuis quelques bonnes années...) le représentant élu des palestiniens. Non pas que je reproche directement la chose à Abou Mazen, mais une clarté minimaliste des esprits et de la situation régionale ne peut qu'entrevoir un front du refus (armé) palestinien qui n'acceptera aucunement quelque traité de paix tant que tout l'état d'Israël ne sera pas défini face aux instances internationales comme "état de Palestine"... "Le Hamas rejette l'annonce de John Kerry sur la reprise des négociations. M. Abbas n'a aucune légitimité pour négocier au nom du peuple palestinien sur des questions fondamentales" (Sami Abou Zouhri - porte parole du Hamas).

J'ai déjà vu par le passé des accords où Israël se retirait unilatéralement de territoires conquis par les guerres (Liban, Bande de Gaza...), et ? Un climat de paix s'est-il installé en place de ces territoires ? L'acte de quitter des territoires "occupés" par Israël a-t-il mené à des négociations de paix ?

J'ai-de-même assisté comme beaucoup à ces accords signés par le passé avec les dirigeants palestiniens où même la ville de Jérusalem n'était pas oubliée, et ??

S'il est bien évident aux yeux de tous que des intérêts "extra-territoires israéliens" (américains, européens, russes, chinois...) sont véritablement en jeu, les nouveaux dés jetés américains valent-ils la chandelle de ce nouveau tour de discussions ?

Alors que nous connaissons la position dernière de l'U.E quant aux implantations hors de la ligne verte, quelles sont les probabilités actuelles quant au Hezbollah reconnu officiellement comme organisation terroriste alors que le ministre sortant des Affaires étrangères libanaises , Adnane Mansour, a été chargé de demander à l’Union européenne (UE) de ne pas inclure le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes ? 

Il me parait fort à parier que cette question du placement du Hezbollah par l'U.E sur la liste noire des organisations terroristes qui doit être abordée par les ministres des Affaires étrangères de l’UE pendant leur réunion mensuelle du lundi 22 juillet à Bruxelles sera rejetée...et quoi, nous attendons-nous sincèrement à ce que 28 pays votent unanimement pour une reconnaissance du terrorisme du Hezbollah ?.. pierre de plus à l'édifice d'une paix régionale...

Il paraitrait même dans les couloirs de l'U.E que cadrer le Hezbollah comme organisation terroriste serait un moyen de déstabiliser le Liban"...(voir les réactions de l’Autriche, de la République tchèque, de l’Irlande, de Malte ou de la Slovaquie...) Voilà qui serait un moyen supplémentaire de faire avancer le train de la paix...

Alors comme sorte de représailles, l'état d'Israël pourrait se retirer du projet européen de technologie, le projet "Horizon 2020"; projet où Israël est le seul état partenaire non-européen. Projet par-lequel l'état d'Israël est supposé investir 600 millions d’Euros sur 7 ans sans même tenir ici compte de la qualité des recherches israéliennes.

Mais, face à cette politique internationale par laquelle l'état d'Israël ne semble désormais n'avoir que peu de solutions existentialistes: disparaitre rapidement ou sur un moyen terme, la seule solution restante ne serait-elle pas celle de camper sur des frontières sûres, d'être une réelle force  militaire régionale, non pas à vision d'envahir mais bel et bien à exister ??

P.s: il n'est volontairement fait ici aucune mention aux avancées nucléaires iraniennes qui ne gênent personne, au génocide en Syrie qui n'interpelle plus, à la haine du juif inculquée vers les enfants palestiniens...

Marc Lev - A propos de ce journalier... à lire: "Et si..?" et "Après-demain ?" (Eds Edilivre - en librairies, librairies en ligne: fnac.com - amazon.fr... dans les versions numériques e-book...)

http://jewpop.blogspot.com/2010/09/lire-dans-le-metro.html

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/lev-marc/apres-demain,35198571.aspx

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/marc-lev/et-si-occident-la-menace-iranienne,42297469.aspx

Sources: maariv.co.il - europe-israel.org - slate.fr - lefigaro.fr