01 novembre 2013

Suite à l'article "le boycott d'Israël est une arme indigne" paru le 1er novembre 2010, les choses auraient-elles changées ?

A la lecture du titre de cet article d'alors j'avoue que mon impression fut qu'enfin des personnes  et personnalités françaises s'élevaient contre cette pratique de boycott (illicite d'ailleurs), quoique ce simple titre donnait le ton du texte qui allait suivre... car usiter du vocable "indigne" me paraissait effectivement inadapté et qu'en place j'aurais sans l'ombre d'aucun doute apprécié de lire : pro-islamistes - pro-terroristes ...

Certes les mots ne me manqueraient pas pour remettre quelque peu les choses à leur place car c'est bien de cela qu'il s'agissait alors et qu'il s'agit encore ce jour...

Dès la première phrase de cet article je me suis trouvé confronté à une interrogation profonde : serait-ce le politiquement correct, un manque d'informations, une certaine naïveté, un désir d'accuser tout bonnement ?..qui ont fait (déjà alors) écrire ces mots : " Une entreprise commence à faire parler d'elle en France, consistant à promouvoir un embargo d'Israël..."

Parlant premièrement ne serait-ce que du "timing", puis-je décemment accepter l'idée que les signataires de cet article n'aient aucune notion quant aux premières ébauches de cette campagne en 2002, quant à son lancement officiel en juillet 2005 ? Oui, quelques bonnes années que cette campagne se répendait déjà et continue de plus belle...

Dois-je aussi rappeler ici que déjà en date du 2 décembre 1945 la Ligue Arabe concrétisa un boycott formel contre le sionisme puis contre Israël ? Il y a presque soixante dix années de cela...

Dois-je remettre en vos mémoires l'idée d'une campagne de boycott universitaire et culturel lancée en Angleterre en 2002 (lettre ouverte publiée dans "The Guardian") qui entraina la révocation de 2 universitaires israéliens de l'université de Manchester ?

Ai-je ici besoin de-même de vous remémorer ce 22 avril 2005 durant lequel le Conseil de l'Association des Enseignants en Université (AUT) avait voté pour le boycott de deux universités israéliennes (Haïfa et Bar-Ilan) ? Ou mieux, ces 12 et 13 juillet 2005 qui ont vu au siège de l'UNESCO à Paris (donc en France...) l'organisation de la Conférence de la Société Civile pour la Paix au Moyen-Orient durant laquelle l'appel palestinien à la campagne BDS fut adopté à l'unanimité..?

Mais peut-être faisant ici office de "rafraîchisseur de mémoires" devrais-je simplement vous dire que le 28 novembre 2008, le président de l'Assemblée générale de l'ONU, M. Brockmann en appelait à envisager de participer à la campagne anti-israélienne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions..?

Depuis l'appel au boycott d'Israël serait devenu hors la loi ( pour le moins en France...) et pour exemple, en août 2013 le tribunal correctionnel de Perpignan relaxait 3 militants pro-palestiniens qui avaient été poursuivis pour en avoir appelé au boycott de produits israéliens...

N'oublions pas de-même ici l'idée prônée par l'U.E (2013) de boycotter les produits provenant de Judée-Samarie...Où entre autre il n'était aucunement tenu compte de la main-d'oeuvre arabe qui vivait directement grâce à l'exportation des produits de la société "Sodastream": l’Usine de fabrication principale de Sodastream est situé à Mishor Adumim en Judée. Cette usine emploie quelque 900 Arabes dont la moitié vit sous autorité palestinienne, de Jéricho à Ramallah, l’autre moitié étant des résidents de Jérusalem-Est, vous savez, la ville annexée... comme l’appelle avec mépris les européens et les populations qui veulent déposséder les Juifs de leur capitale...

Les appels au boycott d'Israël, de ses cerveaux, de ses technologies, de ses avancées et recherches, de ses productions... n'est donc pas nouveau et il est vrai qu'à l'ombre des milliers de victimes des printemps arabes, s'emballer, s'élever, critiquer l'état d'Israël, le judaïsme contre toute chose et ce jusqu'à la circoncision ne peut effectivement paraitre que d'obligation...

Alors, les appels au boycott d'Israël n'est pas une arme indigne mais bel et bien un fait de décisions imbéciles, de non-réflexions flagrantes, de vision n'ayant aucun rapport avec l'humanisme ou l'humanitaire, avec une réalité étatique bien différente du Moyen-Orient actuel... Il serait temps que l'International se mette à non plus regarder mais bien à voir...

P.S: il semblerait que François Hollande lors de son séjour prochain en Israël (du 17 au 19 novembre) ne prononcera pas de discours devant la Knesset où celui-ci avait été invité en tant que Président de l'état français. Mais dites-moi, le Parlement israélien, la Knesset, ne se situerait-il pas à Jérusalem ?? A l'Est ou à l'Ouest ?...Pour ne pas reparler de boycott...

Marc Lev ( auteur de "Et si..?" et "Après-demain ?" Edilivre - romans brûlants de cette actualité de Taqya et d'extrémismes islamistes...)

Un exemple de critique publiée de "Après-demain ?" :

http://jewpop.blogspot.com/2010/09/lire-dans-le-metro.html

Où se les procurer (entre autre) en ligne:

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/lev-marc/apres-demain,35198571.aspx

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/marc-lev/et-si-occident-la-menace-iranienne,42297469.aspx

Sources: europe-israël - mako.co.il

 

 


Commentaires sur Suite à l'article "le boycott d'Israël est une arme indigne" paru le 1er novembre 2010, les choses auraient-elles changées ?

Nouveau commentaire