Comme je l'ai écrit par le passé: il était indéniable qu'un jour ou l'autre le "dossier israélo-palestinien" reprendrait le devant de la scène et que loin du terrorisme islamiste ( qui semblerait ne jamais avoir touché les terres européennes...) l'U.E comme l'ONU n'auraient d'autres problématiques à gérer que de vouloir forcer la main à Israël pour reconnaitre un état palestinien ( certes sans aucun fondement terroriste comme nous le savons tous !..) et qu'ainsi la France va donc organiser sous peu une réunion internationale ( l'international certes mais tout de-même pas avec Israël comme état invité aux discussions !..) sous la baguette de Jean-Marc Ayrault qui s'est exprimé ainsi: "Les parties sont plus éloignées que jamais, il n'y a pas d'autre solution au conflit que l'établissement de deux États, israélien et palestinien, vivant côte à côte en paix et en sécurité avec Jérusalem pour capitale partagée.On ne peut rester sans rien faire, il faut agir avant qu'il ne soit trop tard."

 

Faisant totalement fi de la réalité israélienne sous la terreur islamiste et ...palestinienne presque constante ( oui, la soeur sosie de celle qui a frappé la France, et l'Europe à plusieurs reprises!..) il serait bienvenue à ces organisateurs de réunions, à ses participants de comprendre enfin l'entêtement de Netanyahou quant à ce que Mahmoud Abbas reconnaisse l'état d'Israël en tant qu'état juif et qu'il révise la Charte de l'OLP (appel d'ailleurs de celui-ci lancé déjà en janvier 1997, puis en octobre 1998...). Et quoiqu'en pensent les organisateurs de cette réunion...il serait intéressant de saisir le refus des palestiniens à cette reconnaissance, à moins qu'il suffirait simplement d'aller voguer du côté des différences, que dis-je ?, du fossé existant de facto entre la Déclaration de l'Indépendance de l'état d'Israël ( celle qui accepte l'autre !..) et la Charte de l'OLP...

Aussi et voici ce que l'on peut trouver dans la Déclaration de l'Etat d'Israël ( oui, de cet état soi-disant d'apartheid !..) quant aux acceptations, propositions, désirs de développer en commun avec les autres populations non-juives :

"L’État d’Israël sera ouvert à l’immigration des Juifs de tous les pays où ils sont dispersés ; il veillera au développement du pays au bénéfice de tous ses habitants ; il sera fondé sur les principes de liberté, de justice et de paix ainsi que cela avait été conçu par les prophètes d’Israël ; il assurera une complète égalité sociale et politique à tous ses citoyens, sans distinction de religion, de race ou de sexe ; il garantira la liberté de culte, de conscience, d’éducation et de culture ; il assurera la protection des Lieux saints de toutes les religions..." ( Déclaration d'indépendance de l'état d'Israël)

De-même que nous pouvons y lire les lignes suivantes :

"Nous demandons aux Nations unies d’aider le peuple juif à édifier son État et d’admettre Israël dans la famille des nations.
Victimes d’une agression caractérisée, nous demandons cependant aux habitants arabes de l’État d’Israël de préserver les voies de la paix et de jouer leur rôle dans le développement de l’État, sur la base d’une citoyenneté pleine et égalitaire et d’une juste représentation dans tous les organismes et les institutions -provisoires et permanents -de l’État"...(Déclaration d'Indépendance de l'état d'Israël).

Face à cet écrit qui se veut ouvert, égalitaire, désireux d'une paix avec les autres religions et également avec les peuples alentour, nous nous trouvons confronté à cette fameuse Charte de l'OLP où des articles niant le droit à l'existence de l'Etat d'Israël auraient été soi-disant modifiés, mais...

Le 29 avril 1989 Yasser Arafat déclarait "qu'il ne pouvait pas modifier la Charte de l'OLP de sa propre autorité". En décembre 1998 ce même Arafat en appelait "à modifier tous les articles qui s'opposent à la paix des braves" ( après les accords d'Oslo). Le 22 janvier 1998 Arafat confirmait auprès du président Clinton : "que toutes les dispositions dans la Charte qui ne sont pas en adéquation avec l'engagement de l'OLP de reconnaître Israël et vivre en paix avec lui sont annulées", et...

Une commission juridique fut effectivement nommée afin d'annuler les 28 articles mentionnant l'objectif d'anéantir l'état d'Israël ( oui, j'ai bien écrit : 28 !) de cette Charte, mais: Arafat n'a pas cru bon ni nécessaire alors de fixer un laps de temps défini, un budget, une date butoir afin de concrétiser la chose et d'ainsi présenter une nouvelle Charte ...

Que devons-nous comprendre aujourd'hui de cette fameuse Charte adoptée en juillet 1968 et qui n'a pas bougé d'un iota depuis son écriture ? Devons-nous adopter les paroles de Farouk Kadoumi ( journal Al-Arab du 22 avril 2004 "PLO Charter was never changed") lorsque celui-ci déclarait qu'Arafat a dupé tout le monde avec malice et intelligence concernant la modification de la Charte ?

Et donc, oui, cette même Charte datant de 1968 est toujours de rigueur, n'a pas changé d'un pouce, n'a aucunement été modifiée...

Certes l'International, l'ONU, l'U.E  savent pertinemment passer sous silence cette demande de Netanyahou quant à la reconnaissance du droit de vie à l'état d'Israël, "omettant" au passage des articles tels que :

L'article 9 de cette Charte : La lutte armée constitue la seule façon de libérer la Palestine...Le peuple arabe palestinien affirme son droit à une vie normale en Palestine, et à exercer l'auto-détermination et sa souveraineté sur ce pays"

L'article 15 : La libération de la Palestine est un devoir national qui vise à repousser l'agression et l'impérialisme sioniste contre le foyer arabe, et vise à l'élimination du sionisme de la Palestine"

L'article 19 : La partition de la Palestine en 1947 et l'établissement de l'état d'Israël sont entièrement illégaux, en dépit de tout passage du temps, parce qu'ils sont contraires à la volonté du peuple palestinien..."

L'article 20 : La déclaration Balfour, le mandat pour la Palestine et tout ce qui a été fondé sur eux, sont déclarés nuls et non-avenus. Les prétentions à des liens historiques et religieux des juifs avec la Palestine sont incompatibles avec les faits historiques..."

L'article 21 : Le peuple arabe palestinien s'exprimant par le biais de la révolution armée palestinienne, rejette toute solution qui serait un substitut à la libération totale de la Palestine..."

Alors que l'on sait que certains états (France, Espagne...) sont dorénavant prêts à accepter une déclaration unilatérale de Mahmoud Abbas quant à la création d'un état palestinien aux frontières de 1947, il me parait encore plus indispensable ce jour d'envoyer à leurs dirigeants un exemplaire de la déclaration d'indépendance de l'état d'Israël, d'y adjoindre la Charte de l'OLP et de leur demander de passer quelques minutes à se forcer à comprendre ces deux textes.

Quant à vouloir nous forcer à partager le pays, Jérusalem et j'en passe et des pires... il serait grand temps que l'ONU, l'U.E, l'International ouvrent leurs yeux, lisent ce qui est, comprennent les similitudes avec Israël de leurs propres positions intérieures face au terrorisme car à ce jeu de reconnaissance m'est avis que l'International risque de se briser encore plus le bec face à l'islamisme terrorisme qui ne rêve que de ce type de réactions internationales...

Marc Lev - auteur entre autre du roman d'actualité "Après-demain ?" où l'on pénètre à l'intérieur des cellules islamistes en France (Edilivre)

http://www.georges-gavazzi.com/service_de_presse_1512.htm