L'état d'Israël dorénavant réduit (géographiquement parlant) à ce que le monde, l'international désire pourvu que cela arrange des intérêts qui ne soient pas israéliens... 

Jérusalem qui s'avère n'être aucunement capitale d'Israël, comme si tout l'historique du peuple juif lié à cette cité n'a été et n'est que pure fiction...

Un nouveau geste de bonne volonté israélienne de libération de terroristes des geôles israéliennes, comme si celui-ci sera compris comme un désir israélien réel de paix...

Un mouvement terroriste qui en est un mais n'en est pas un...Il est bien évident aux yeux de tous que la branche politique d'un mouvement terroriste n'a absolument rien à voir avec sa branche armée...Nous trouverions-nous une fois de plus face à des mirages, des semblants de situations mais qui n'ont rien d'une réalité ?..

Devons-nous ici nous remémorer des scènes vécues nombre de fois dans le passé proche ou plus lointain auprès de populations arabes des festivités dans les rues, des cris de joie, des bonbons distribués gratuitement aux enfants, des rafales de tirs au fusil, des retrouvailles fêtées avec les plus grands honneurs…

Dois-je parler ici d'une Fata Morgana, d'une simple vision hypothétique de tentatives répétées de tuer encore et encore de l'israélien par voiture, buldozer, coups de hache, tirs de fusils..., et à nouveau tirs d'obus provenant de la bande de Gaza ?.. interposés: désir insatiable de faire le mal pour le mal, de provoquer à outrance.

Tout cela ne peut décidemment pas être, pas dans notre 21e siècle, pas dans notre monde "civilisé" !!

Des images de films vus tant et tant de fois me reviennent inlassablement en mémoire, de ces films où l'on voit des combattants fêter une victoire avec force rires, boissons, chants, danses, femmes…alors que le sang des ennemis n'at pas encore eu le temps de sécher sur leurs armes, sur leurs mains...

Fata Morgana de ces femmes fouettées pour ne pas s'être voilées correctement et avoir de la sorte attiré le regard des hommes, les avoir aguichés.

Fata Morgana de ces mêmes femmes lapidées vivantes pour avoir cherché ailleurs que dans le couple légitime une épaule douce où poser la tête.

Fata Morgana de ces images de "héros" retrouvant la mère patrie après avoir tué de sang froid des ennemis on ne peut plus évident dont une petite fille de 4 ans et qui paradent encore ce jour auréolés d'une aura de justiciers...

Fata Morgana d'un Iran avançant irrémédiablement vers l'arme nucléaire aux yeux et à la barbe de l'International qui regarde, sait, et ?...

Fata Morgana de ces dizaines de milliers de victimes aux portes d'Israël...situation à nouveau regardée, connnue par l'Occident, et ?.. 

A moins que tout cela ne fasse partie d'une série de cauchemars qui se seraient emparés de moi, s'entassant les uns sur les autres depuis quelques bonnes années déjà et ne me laissant dorénavant que peu de répit .

L'irréel, l'utopie, l'incroyable doivent être les fins mots de ces mirages, de ces mauvais rêves qui ne me quittent pas, revenant presque jours après jours, à chaque nouvelle information concernant l'état d'Israël, ses frontières, son histoire, son désir de vivre en paix... 

Notre président à l'époque avait prononcé on ne peut plus justement le mot de : HONTE (quant à l'assassinat de sang-froid d'enfants israéliens par des terroristes), mais il y a bien longtemps que ce type de réactions est entré dans les mœurs des terroristes, des extrémistes, de leurs familles...

Et, qu'en est-il de la Fata Morgana des répliques de l'ONU, de l'Occident, des états membres de la CEE ? Le barbarisme relationnel fait-il dorénavant partie des conventions de bonne conduite auprès de ces divers organismes, de ces états, jusqu'à rechercher des relations avec ceux-ci, jusqu'à tenter d'ouvrir à nouveau ce qui avait été clos en termes d'échanges internationaux, de relationnel officiel ?

Certes, pourquoi demander à l'Occident de réagir alors qu'il ne s'agit comme nous le savons bien que d'une Fata Morgana, que d'un mirage, d'une irréalité dans notre monde par trop civilisé, par trop humain où les morts sont pleurés, les ennemis respectés, les otages gardés en vie jusqu'au prochain échange, les reconnaissances historiques d'évidence, les frontières non remises en question..??

J'aurais aimé ne me tenir qu'au titre de ce court billet sachant que le texte qui le suit n'est que le pur fruit de mon imagination fertile, j'aurais aimé même ne jamais avoir écrit ces quelques lignes, oui, j'aurais aimé !!!

Marc Lev (auteur de "Et Si ?" et "Après-demain..?" - eds Edilivre. Ces romans de ce qui se veut fiction politique mais qui n'est peut-être au final pas si "fiction" que cela...) En vente sur les sites en ligne (fnac.com. amazone.fr, chapitre.com...) dans les librairies et chez l'éditeur.