Donc, nous y revoilà...Comme si l'on ne s'y était pas attendu au vu de ces exemples ci-dessous ...

Après des refus de participer à des competitions auprès de sportifs israéliens, à monter dans un même bus, à leur serrer la main, voila que même le drapeau israélien ne sera pas hissé en cas de victoire, sans même parler de l'hyme national..

N'oublions pas ici la fédération palestinienne qui a il n'y a pas si longtemps fait tout le forcing possible afin d'évincer l'équipe de football israélienne de la FIFA...Bien évidemment que personne auprès de cet organisme européen ne va se souvenir d'un simple détail.. l'état de Palestine n'existe pas.. le terme même de palestinien n'a rien d'une nation, et ainsi un état qui n'en est pas fait tout afin de  parvenir à faire exclure un état qui en est bien un ! Ah quelle poisse ces sportifs ( et sportives) israéliens de haut niveau !..

C'est quelque part une suite logique des choses lorsque l'on sait que l'Organisation Mondiale de la Santé ( dépendant de l'ONU...) a su condamner l'état d'Israël accusé de violer les droits à la santé des habitants du Golan...

Hormis les "oublis" bien évidemment indépendants de la volonté des voteurs anti-israéliens quant aux populations de Gaza ( y compris du Hamas), de Syrie ( y compris de ISIS) et d'autres pays arabes reçus à bras ouverts afin d'être soignés en Israël..Lorsque l'on sait la sympathie sans borne de cet organisme de l'ONU quant à l'état d'Israël et auquel on peut ajouter sans l'ombre d'aucun doute l'organisme Unesco qui va jusqu'à reconnaitre des vestiges historiques palestiniens en place de.. 

Et voilà donc cette suite logique des BDS et autres organismes agissant dans toutes les sphères afin de déligitimer même l'être de l'état d'Israël jusqu'à ce que la farce ne soit plus drôle et se soit transformée avec les années en une longue liste d'inepties en décisions internationales...

Jugeons donc ici de cette politique s'immiscant dans le sport international avec des réactions et décisions anti-israéliennes qui tel un parasite se greffent partout et sur tout organisme avec la bénédiction de l'ONU, de l'U.E.., de cet international qui n'a décidemment aucun chat à fouetter et se retrouve donc dans l'obligation d'oeuvrer ô combien contre l'état d'Israël, contre ses sportifs !

Alors que Shahar Peer a été interdite de tournoi à Dubaï  en 2009 ( un des plus prestigieux tournoi international ) pour cause de "nationalité israélienne" et quoique alors classée 48e mondiale, je proposais alors un nouveau langage, une "new" manière de s'exprimer dans le domaine du sport : le sport-litique ou l'appartheid du sport !

J'en conviens; ça n'est certes pas la première fois que la politique a ses entrées bien grandes ouvertes sur les courts, dans les stades et même dans les rues mais la question qui se pose à mes yeux est de savoir s'il y a une limite à la chose ?

Nous pouvons aisément nous reférer aux jeux olympiques avec leurs manifestations anti-chinoises de par le globe. Nous avons tous en mémoire à ces mêmes jeux les athlètes iraniens décidant de jeter l'éponge plutôt que de participer à une rencontre avec l'équipe israélienne. Mais les exemples ne manquent malheureusement pas dans l'histoire du sport avec l'attentat d'Atlanta en 1996, avec celui de Munich de 1972, avec les jeux d'été de Mexico en 1968 où les athlètes noirs manifestaient à leur façon contre la ségrégation raciale.

Nous pouvons également faire un tour du côté des terrains de football où un incident supplémentaire se concrétisait en 2009 où le défenseur ghanéen de Lyon, John Mensah, a eu droit à son lot d'insultes racistes de la part de supporters, se retrouvant en cela sur le même banc d'accusé que Ouaddou, que Kader Keita, que Frédéric Piquionne...

Je salue ici les organisateurs du colloque ( du 9 février 2009 à l'Assemblée Nationale) :" football professionnel, racisme et engagement citoyen" ainsi que la décision prise alors en haut lieu de ne pas rester sans réaction, d'où: ces actes racistes ont été suivis d'interpellations et de condamnations...Et les décisions à haut niveau ?..Auprès des politiques internationales ?.. Dans les sphères olympiques ?..

Si l'on en revient à Shahar Peer et suivant les déclarations de Larry Scott ( président du circuit féminin) :   " nous sommes très déçus de la décision des Emirats Arabes Unis de refuser à Shahar Peer le visa qui lui aurait permis de disputer le tournoi"; ne serait-il pas temps de s'opposer concrètement à ce "sport-litique" en demandant à l'Association Internationale de Tennis de mettre hors circuit ce tournoi spécifique, les autres manifestations sportives boycottant purement et simplement à leur manières la venue de sportifs israéliens ?

Le "passer sous silence" d'une telle décision d'alors ( qui n'a d'ailleurs reçue aucune explication ni du côté gouvernemental , ni de la part des organisateurs et propriétaires) ouvrait déjà les portes vers un appartheid du sport : mot qui jusqu'à présent avait été volontairement banni des nouveaux vocables du sport-litique et que j'aurais désiré ne jamais ajouter.

Marc Lev ( auteur de "Et si ? "et "Après-Demain..?" eds Edilivre Paris) où l'on se trouve au coeur des terrorismes politiques...

 

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/lev-marc/apres-demain,35198571.aspx

 

 http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/marc-lev/et-si-occident-la-menace-iranienne,42297469.aspx

 

Sources: l'équipe.fr - juif.org